11.10.2010

J'aurais voulu être une artiiiiiste


















13 comments:

  1. Je suis jeune maman, et je t'assure que ce sont des interrogations que j'ai très souvent ! J'espère donner à mon fils la capacité d'être libre et de réfléchir au mieux de son équilibre. Je ne peux faire plus...

    ReplyDelete
  2. Je n'ai jamais fait "assez" bien aux yeux de mes parents, pas de crise d'ado non plus... Même mon premier CDI, c'était encore pas bien pour moi... Ils ont tout gagné... je ne leur dis rien de ma vie et les en éloigne de plus en plus...

    ReplyDelete
  3. Ah moi ça me parle, l'impression d'avoir suivi un parcours tout trace pour qu'on trouve pas a redire, et aujourd'hui un peu de jalousie vis a vis de ceux qui ont suivi une voie moins mainstream et s'eclatent... Et comme toi, j'ai l'impression de m'en être rendu compte un peu tard, en croyant trop ce qui veulent te faire peur parce que ça les rassure que tu sois comme eux. Bref, heureusement la vie n'est pas linéaire, et en se donnant les moyens, on a toujours le choix, en ne doutant pas de soi...

    ReplyDelete
  4. Tu sais quoi... ça fait 2 notes de ton blog où tu n'es pas toute seule...

    Je ne vais pas détailler, ni raconter ma vie, mais je me reconnais énooormément dans tes dernière réflexions.

    ReplyDelete
  5. Chaque parent impose ses idees meme si c'est involontaire il veut juste proteger ses enfants ^^ Mes parents ont aussi essayer de me mouler a leurs images et a leurs rèves ils voulaient faire de moi une avocate ... je suis artiste de rue :P , A moment donné on se rebelle et se libère de leurs images .
    Mais se poser les questions que tu te pose est deja preuve de maturité au moins peut etre permetra tu a tes enfants d'être simplement eux-même :)

    ReplyDelete
  6. @ Océane : Tu es mon modèle de maman ^^

    @ Zapette : c'est ce qui risque d'arriver... si cela est nécessaire pour vivre SA vie et pas celle fantasmée par d'autres, après tout, pourquoi pas...

    @ Foxy : je suis persuadée qu'on peut vivre plein de vies en une seule... à condition de ne pas en avoir peur. Je te comprends complètement...

    @ Dobiebic : on est finalement bien plus nombreux qu'on croit à suivre une voie toute tracée par nos parents, nos études, notre milieu... ça fait du bien de voir qu'on n'est pas la seule à se poser des questions sur la finalité du moule !

    @ Anonyme : effectivement, entre artiste de rue et avocate, il y a un monde, et tu as de la chance d'avoir eu les c*** de faire ce qui te plaisait ! J'espère parvenir à vivre ma vie en étant fidèle à mes envies avant même de transmettre cela à mes gamins !

    ReplyDelete
  7. Ah ah, on ne fait jamais assez bien pour ses parents, c'est parfois un peu triste ;-)

    ReplyDelete
  8. Rassure toi, je crois que la vie n'est juste une succession d'interrogations de ce type. Longtemps j'ai été dans ton cas, à chercher un peu plus de liberté. Maintenant je l'ai et je me demande comment transformer l'essai. C'est sûr que la question de la transmission est essentielle. Comment rester "objectif" sans transmettre ses frustrations et ses peurs ?

    ReplyDelete
  9. Une bonne maman, je ne sais pas. Une dessinatrice drôle et enlevée, ça c'est déjà certain!

    Amitiés et tout ça.

    ReplyDelete
  10. Belles illustrations du "film" de ta vie : )
    Si j'ai un conseil à te donner, petit scarabée, c'est de ne jamais laisser un diplôme décider de ton chemin ! ça serait trop triste ! Un diplôme c'est juste pour se mettre sur le chemin de la Force, quelque chose qui peut servir, ou pas !

    ReplyDelete
  11. Non 1 diplôme ne décide pas de ta vie mais il peut te rassurer pour au cas où....et non on est jamais de bons parents en tous cas pas pour nos enfants!

    ReplyDelete
  12. Je viens de tomber sur ton post, il est boulversant.
    Je suis une maman de 2 enfants, 1 grande fille de 18 ans en prépa math et 1 garçon de 9 ans.
    J'ai fais ma crise d'adolescences, ma fille aussi et je pense lui laisser choisir son chemin mais peut-être avec influence. Par contre, elle a une grande ouverture culturelle et je lui ai toujours dit que dans la vie on peut prendre des virages à 180°: elle n'est pas linéaire.

    Pour mon fils on verra, je le laisse vivre, rever, grandir...
    Moi je continue de vivre, rever...

    ReplyDelete
  13. Je ne vais pas dire que je reconnais ce que tu as écrit dans les bulles, mais l'idée y est. Quand j'aurai des enfants, je me dis que je leur témoignerai plus de choses, pour qu'ils acquièrent la confiance en soi (qui me manque tant) nécessaire pour avancer sereinement dans ce monde sans pour autant y écraser les autres.
    Des bises (et que la force soit avec nous)

    ReplyDelete