12.19.2011

While I was away... (épisode 2)



(attention, explications. Ca va blablater)

Comme chaque fin d’année semble-t-il, j’écris d’entre quelques cartons et valises de vêtements, à la veille d’un déménagement.

Cette fois-ci, ce n’est pas parce qu’on a reçu l’avis d’huissier nous avertissant de la fin de notre bail. Cette année, nous partons de notre plein gré, de façon plus organisée, et surtout, beaucoup plus loin.

Voilà qui explique en partie ma chute d’ «inspiration» depuis la rentrée. LedZep et moi sommes partis en vacances cet été avec l’espoir que ses entretiens déboucheraient sur une mutation à l’étranger, une des bonnes résolutions de l’année. Nous avions tous les deux beaucoup discuté des différentes destinations, je l’avais aidé à préparer ses entretiens, nous pensions que nous serions fixés avant de partir pour l’été, et finalement non. Au fil des jours, l’espoir s’est changé en impatience, puis en résignation, devant le téléphone qui ne sonnait pas. Nous avons parcouru le Portugal, passé d’excellentes vacances, mais on ne savait toujours pas ce que l’avenir nous réservait.

Début septembre, la piste d’une mutation aux Etats-Unis est devenue plus claire. On ne savait pas encore où, mais on se doutait que ce serait là-bas. Nous devions signer un PACS mi-septembre, et nous avions pris l’après-midi pour y aller. Sauf que la veille au soir, nous avons pris une décision spontanée qui finalement ressemblait beaucoup plus à Juliette Rigby : au lieu de se pacser, on a décidé de se marier.

Et c’est ainsi que nous sommes allés chercher notre dossier de mariage à la mairie le lendemain, et qu’on a annoncé le soir même à nos futurs témoins le rôle qu’ils joueraient un mois plus tard.

Le lendemain (vous suivez la chronologie des événements ?), je suis rentrée du travail pour trouver LedZep, une bouteille de champagne et une nouvelle : il avait obtenu un poste à Chicago. On y serait dans quelques mois.

Je ne m’étendrai pas sur le choc, la joie, la tête qu’on fait nos familles en apprenant notre projet de mariage et notre décision d’accepter la mutation (j’imagine qu’ils devaient se douter que ça arriverait, avec Juliette qui a toujours eu un pied ailleurs et des envies de départ), les préparatifs de mariage en moins d’un mois (la meilleure solution, si vous voulez vous éviter le stress de préparatifs qui s’éternisent et se complexifient, est de n’avoir littéralement qu’une minute pour choisir le thème couleur du buffet), la magnifique journée de mariage (dernier beau week-end de l’automne, des mariés très classe évidemment, une fête presque improvisée et beaucoup de bouteilles de champagne), la réalisation étrangement lente du fait qu’on partait bientôt, l’obtention des visas et le début de l’organisation du déménagement. Je suppose que ça vous donnera une idée du peu d’espace libre qu’il restait sur mon bureau et dans ma tête pour vous raconter tout ça.

Bien sûr, j’ai démissionné aussi de mon job, entre temps, et dans une semaine, je ne serai plus une jeune cadre dynamique, mais une future immigrée en terre presque inconnue dans l’attente de décrocher mon permis de travail et d’aller à la découverte de l’étape suivante de ma vie professionnelle. J’avoue que je ne me pose pas trop de questions, assise sur mes cartons. J’attends Noël, les fêtes de fin d’année, je savoure mes amitiés, j’engloutis des quantités impossibles de Paris. Les lieux ne me manqueront pas. Les gens, si. C’est l’essentiel. On exporte mieux ses amis que des rues pavées et des petits cafés ; on se parle, on s’écrit. L’essentiel est de ne pas emporter de nostalgie. J’aime l’idée de construire quelque chose ailleurs, de découvrir qui je serai dans un autre contexte. J’espère que cette parenthèse me laissera juste ce qu’il faut de temps pour trouver un job qui me correspondra (en tout cas, un peu plus d’actuellement). J’aimerais aimer être là où je suis, où que je sois, autant que possible, à toutes les heures du jour et de la nuit. Je n’ai pas d’idée préconçue de ce vers quoi je vais me tourner - c’est à la fois inquiétant et exaltant.

J’aurai le temps de blogger, au moins. Je prendrai mes crayons, je mettrai la plus grosse doudoune possible, des chaussures fourrées à crampons, j’aurai une pensée émue pour mon jolie manteau de princesse parisienne et mes petites bottes laissés au placard, j’irai m’installer dans un petit coffee shop confortable et je vous donnerai des nouvelles.

En attendant, je vous souhaite à toutes et à tous d’excellentes fêtes, une merveilleuse année 2012, et je vous dis à fin janvier, avec quelques heures de décalage horaire...

12.02.2011

While I was away...



C'est que j'ai tellement de choses à dire, et que je ne sais tellement pas comment les mettre en images, que ça fait un bout de temps que j'y réfléchis. 
Suspens insoutenable... En vrai, je commence à vous raconter lundi (et un peu plus chaque jour... j'essaierai) ! (roooh le cliffhanger).

8.31.2011

Sacerdoce


Pendant ce temps, en séminaire d'entreprise en province...



Jour 1



Jour 2



 Jour 3
 Jour 4




Jour 5





Tags : le végétarisme est un sacerdoce, être végétarien en entreprise, gros clichés sur les végétariens

8.29.2011

Inspiration






Pour ceux qui ne voient pas de quoi je parle... The Ring est probablement le meilleur film d'horreur japonais que j'aie vu. Âmes sensibles s'abstenir ^^

Tags : si vous aussi vous détestez ce moment chez le coiffeur où vous avez les cheveux mouillés et plaqués sur la face.

8.21.2011

La tenue de la rentrée



Tags : rentrée, fin des vacances, retour au tailleur-pantalon

7.11.2011

La tenue du lundi #6





Tags : derbys rose Office (achetées à Londres), achats inutiles et futiles

7.07.2011

London, baby #2



Tags : des Françaises à Londres, Koko

7.05.2011

London, baby




Tags : shopping in London ; soldes londoniens ; craquages


5.29.2011

Un petit pas pour le dessin...







...un grand pas pour Juliette !


Je suis désormais l'heureuse propriétaire d'une tablette graphique... Même si manifestement j'apprends encore à l'utiliser...

Mais je suis super contente, en attendant ! Je m'entraîne, dans l'espoir que ça finisse par devenir aussi fluide qu'avec un papier et un crayon (ce dessin a été réalisé en posant un calque sur un croquis scanné, par exemple).


Bonne semaine à tous !




Tags : tablette graphique et dessin, renaissance

5.01.2011

La trahison du vendredi 29 avril




















Tags : mariage du Prince William et de Kate Middleton, rappelez-vous quand le prince William était encore le seul moyen de devenir un jour la reine d'Angleterre, maintenant c'est foutu.

4.28.2011

Un week-end à la plage

D'abord et avant toute chose, je tiens à m'excuser de cette bannière qui n'a vraiment plus rien à voir avec le temps qu'il fait actuellement. Enfin, dès que je me rachète un vrai ordi (ce qui ne saurait tarder, ma Mac-addictiveness me donnant régulièrement envie de jeter ce PC par la fenêtre) je rafraîchis un peu ces vêtements qui tiennent beaucoup trop chaud. En plus, pour vous faire plaisir, je vous laisse choisir ma prochaine tenue de bannière, tiens...


Passons.

Il y a quelques jours, on m'a proposé de découvrir Oonea, site de vente de produits bio en ligne, et de donner mon avis sur les produits de mon choix.

Déjà consommatrice de bio, pas besoin de me le dire deux fois. Et tant qu'à faire, en vue du week-end de Pâques qui s'annonçait ensoleillé - et que j'avais prévu de passer en bord de mer -, j'en ai profité pour tester deux produits "remise en beauté après un long hiver planquée sous des manteaux et des bonnets", à savoir le beurre de karité bio et l'émulsion pour le corps vanille et coco de Cattier, marque bio que j'avais envie de tester depuis quelques temps.

 Raaah les amis il faisait TELLEMENT beau

En deux secondes, la noisette de beurre de karité fond dans la paume des mains et se transforme en huile soyeuse. Parfaite pour sauver la face de mes pauvres pieds pas encore habitués à être montrés, et surtout indispensable en baume sur les pointes des cheveux (moi être grosse tarée des cheveux, pour ceux qui suivent) avant un bain de soleil :



Après quoi, prête pour un après-midi de médisances et de ricanements bonheur à la plage. Mes cheveux seront tout doux au retour du soleil, je le SAIS. Le pouvoir du beurre de karité est là, rassurant, et ma crinière n'a peur ni du vent, ni du sel, ni du soleil faiblard de Normandie.



Néanmoins, si mes cheveux reviennent sains et sauf de la plage, ce n'est pas le cas de à peu près toutes les parties exposées de mon corps qui sont désormais rose écrevisse (je n'ai gardé de mon côté méditerranéen que la pilosité, visiblement). C'est là que je suis plutôt fière d'avoir anticipé mes gènes foireux et d'avoir choisi une émulsion corps "adoucissante" :



Plutôt bien vu, je dois dire...

De retour à Paris, j'ai pris la résolution (comme chaque année , hein) de ne pas me laisser bouffer par les séries télé le boulot et de prendre davantage soin de moi à l'approche de l'été. Si l'émulsion pour le corps Cattier est bien riche et assure la transition entre le beurre corporel Body Shop utilisé l'hiver et les laits pour le corps adaptés aux températures estivales, son parfum très brut (les filles, sachez que ça sent vraiment juste la vanille et la coco. On est bio ou on ne l'est pas) peut être gênant si on n'est pas fan. En revanche, je ne peux que vous conseiller de faire l'acquisition d'un pot de beurre de karité bio. D'abord, parce que c'est du beurre de karité bio et rien d'autre (pas une mixture parfumée au beurre de karité avec une liste d'ingrédients longue comme le bras), ensuite parce que c'est économique et pratique (s'utilise sur les cheveux, le visage et le corps), enfin parce que c'est terriblement efficace (peau douce et cheveux brillants garantis)... Tout ça en quelques clics, que demander de plus ?

Merci à Mélanie du site Oonea pour la découverte.

Tags : Oonea.com, produits de beauté bio et naturels, quels produits de beauté emporter pour un week-end à la plage, se préparer pour l'été



4.18.2011

Talking about my (professional) generation

















Tags : pression professionnelle, frustration au boulot, le sens de la vie (professionnelle), des solutions existent ?

4.13.2011

Si vous ne deviez en lire qu'un seul cette année...

Ce serait celui-là :


C'est un roman qui vous fera frémir, et pourtant ce n'est pas une histoire d'horreur. Qui vous fera pleurer alors que ce n'est pas un drame. C'est une (en)quète et le cheminement d'un homme qui un jour se pose cette question primordiale : "que vais-je donner à manger à mon fils ?".

Parce que Jonathan Safran Foer, avec sa philosophie et son talent habituels (son premier roman, Tout est illuminé, l'a immédiatement propulsé au rang de mes auteurs contemporains préférés), répond à tout ce que vous (n') avez (jamais) voulu savoir sur l'origine de l'aliment au centre de nos régimes alimentaires modernes : la viande et les produits animaux.

Sans jamais tomber dans l'extrémisme (lui-même avoue aimer la viande et ne pas toujours avoir été végétarien), l'auteur donne la parole à une multitude de points de vue et d'histoires, de l'ouvrier d'usine d'élevage industriel de poulets (il n'y a pas vraiment de meilleure traduction à l'expression anglaise "factory farm") à l'éleveur de dindes génétiquement intactes et traitées dans les meilleures conditions ; de l'omnivore sélectif qui choisit de ne manger que des produits animaux issus d'une agriculture respectueuse des animaux et de l'environnement, aux activistes végétaliens de la PETA ; de la famille de Foer réunie autour d'un dîner de Thanksgiving végétarien, à sa grand-mère mono-recette pourtant sacrée Meilleure cuisinière du monde par ses petits-enfants. Il donne la parole à ces personnes-là, mais il donne aussi des faits, des documents, des chiffres issus d'études sérieuses (trois années de recherches, de rencontres et de visites en douce de batteries de poulets pour réunir le matériel de ce livre) - et les faits sont glaçants. Loin des films documentaires coup de poing façon Supersize Me et Food Inc., le ton reste pacifique, bien que lucide, s'adresse à nos hypocrisies et au petit doigt derrière lequel on se cache en commandant un filet de saumon au restaurant ou une cuisse de poulet à 2,30€ à la cantine, et encourage à songer sérieusement à ce qui nous rend plus - ou moins - humains dans l'acte hautement personnel et social qu'est manger.

Pour moi qui me suis toujours posé la question de ce que serait la base de mon alimentation depuis que je suis en âge d'acheter et de cuisiner seule ma nourriture, la lecture de ce livre a été une évidence. Pas une évidence plaisante, non. Mais je préfère savoir, et me poser la question, plutôt que de me dire, on verra plus tard... Quelle que soit votre opinion - lisez-le. Si au sortir de ce livre, vous n'avez pas envie de le partager avec toutes les personnes auxquelles vous tenez, voire de changer le monde, eh bien, n'hésitez pas à me dire pourquoi.

Lire l'interview de Jonathan Safran Foer (Inrocks 18/01/11)

En anglais : Eating Animals

En français : Faut-il manger les animaux ?, Ed. de l'Olivier, Paris, France (22€)

4.11.2011

Eh ben alors, t'as disparu de la blogosphère ou quoi ?

















Tags : bosser à la maison le week-end, panne de blogo, vive les balcons.

3.29.2011

Akira

Depuis trois semaines, chaque fois que j'entends parler du Japon, je pense automatiquement à ça :


Faites un don : Croix Rouge japonaise




Tags : Akira par Katsuhiro Otomo, Séisme et tsunami au Japon, catastrophe nucléaire, don à la Croix Rouge japonaise

3.20.2011

Pour des raisons de budget, ce blog sera entièrement bruité à la bouche et dessiné à l'arrache au crayon à papier.











































Tags : cambriolage, vol d'ordi, soyez maudits bâtards de cambrioleurs, panne de blog pour cause de plus d'ordi perso, mais j'vous jure que je défierai les ennuis administratifs, professionnels et matériels pour continuer à griffonner ici, même au crayon ou au bic 4 couleurs.

2.21.2011

Comment casser l'ambiance au bureau #3









Tags : comment casser l'ambiance au bureau, être meilleur que son supérieur hiérarchique alors que franchement je casse déjà pas trois pattes à un canard

2.13.2011

If love's a red dress














Robe et bracelet coeur, H&M







Et comme un des petits plaisirs que j'ai à tenir ce blog tient à ce que je peux vous parler des chouettes endroits que je découvre, des fringues de mes rêves (qui, parfois, deviennent réalité) et de mes amis artistes et de leurs créations,

pour la St Valentin, je vous invite à découvrir le premier court-métrage produit par 3615 Films, un beau projet dont j'ai suivi la progression tout au long de l'année qui vient de passer. Pour voir le teaser et suivre le lien vers le film :


"Le mariage n'est-il qu'un CDI amoureux ? Peut-on considérer un coup d'un soir comme de l'intérim? Faut-il une lettre de motivation avant de se fiancer?"


Toutes les réponses et bien plus encore dans le film Chômage Affectif qui sortira sur vos écrans d'ordinateurs sur le site d'aufeminin.tv à partir de la Saint Valentin.


Chômage Affectif
Film de Catherine Villeminot écrit par Julien Katz
Avec Bérengère Krief


Produit par 36 15 Films et L'Ogre.
avec la participation d'Aufeminin.tv



Bonne semaine à tous et surtout bonne St Valentin (moi, ce soir, je bosse, alors bon, vous, allez boire des verres avec vos potes, ne serait-ce que pour que je passe une soirée bien sympa par procuration ^^)

Tags : red dress, robe rouge H&M, Chômage affectif, Aufeminin.tv, Saint Valentin

2.06.2011

Dans la vie, j'aime bien être surprise










Et comme je suis sympa (et que je les aiiiiime, et que c'est des Chie Mihara, et que c'est ma première paire de richelieus alors que jusque là j'étais persuadée que ce genre de chaussures ne m'irait jamais), les voici dans toute leur splendeur :





169, rue du Faubourg St Antoine
75011 Paris
(une jolie petite boutique toute chouette, 
avec une belle sélection de Mihara)



Tags : Chie Mihara, richelieus, surprise shopping

2.03.2011

Bon week-end !



Un petit dessin dansant pour vous souhaiter un très bon week-end (c'est dans quelques heures, allez, courage !!!) et faire un bisou à Flo, Gatou, Mel et Ori, qui s'apprêtent à le partager avec moi... Préparez-vous psychologiquement, ça va danser sévère !




Tags : c'est le week-end, danser avec les copines, week-end de filles

2.02.2011

Comment casser l'ambiance au bureau #2














Sans déconner, j'ai mis quatre mois à me trouver une petite heure pour sélectionner mes photos de vacances et les faire développer via Internet (alors bon, une fois que c'est fait, ça se fête).
Je suis le seul boulet de la photo de vacances ici ou pas ?




Tags : apporter ses photos de vacances au bureau, regarder les photos de vacances en bord de mer en plein mois de février, comment se faire haïr de ses collègues #2

1.31.2011

Comment casser l'ambiance au bureau









Et bonne semaine à tous !!!




Tags : Alejandro, Lady Gaga, chansons entêtantes qui ne te lâchent plus la tête, comment se faire détester par ses collègues

1.16.2011

Faut pas déconner avec les bonnes résolutions









































Tags : rester réaliste pour tenir ses bonnes résolutions 2011, c'est le secret de la réussite (on espère)